Un bon début d’année : Bosch augmente son chiffre d’affaires dans tous les secteurs et toutes les régions

Un bon début d’année : Bosch augmente son chiffre d’affaires dans tous les secteurs et toutes les régions

Une nouvelle conception de la mobilité, une nouvelle perception de la technologie

Jeudi 4 mai 2017

  • Hausse de 12% du chiffre d’affaires au 1er trimestre 2017
  • Objectif de croissance du chiffre d’affaires en 2017 : entre 3 et 5 %
  • 73,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires 2016
  • EBIT opérationnel en 2016 : 4,3 milliards d’euros
  • Dépenses en Recherche et Développement : 7,0 milliards d’euros
  • Volkmar Denner, Président du Directoire de Bosch : « Bosch façonne le monde de demain. »
 

Stuttgart/Renningen – Le Groupe Bosch affiche un bon début d’exercice. Le chiffre d’affaires de l’entreprise de technologies et de services a progressé de 12 % au premier trimestre 2017 ; hors effets de change, la hausse s’établit à 11 %. Tous les secteurs d’activité et toutes les régions ont progressé au cours des trois premiers mois de 2017, et de manière significative pour certains. Pour l’année en cours, Bosch table sur une croissance de 3 à 5 % de son chiffre d’affaires malgré des prévisions conjoncturelles moroses et des incertitudes géopolitiques. En dépit d’un niveau d’investissements maintenu à un niveau élevé pour assurer son avenir, le Groupe table sur une hausse de son résultat. « Notre succès commercial d’aujourd’hui nous donne la possibilité de façonner le monde de demain », a déclaré Volkmar Denner, Président du Directoire de Bosch, lors de la conférence de presse annuelle sur les résultats qui s’est tenue sur le campus de recherche de Renningen. « Développer l’activité existante, conquérir de nouveaux domaines, assurer le leadership technologique : telle est notre stratégie pour mener à bien le processus de transformation. » Le changement s’articule autour de deux axes : l’évolution du secteur de la mobilité et l’interconnexion via l’Internet des objets. « En tant que leader de l’innovation, nous façonnons et portons la transformation », a poursuivi Volkmar Denner.

 

Exercice 2016 : des investissements initiaux d’un niveau record en vue d’assurer l’avenir
Le chiffre d’affaires du Groupe Bosch a atteint 73,1 milliards d’euros en 2016, soit une hausse de 3,6 %, et de 5,5 % hors effets de change. Les effets de change qui ont pesé sur le chiffre d’affaires ont totalisé 1,3 milliard d’euros en 2016. Le résultat opérationnel avant résultats financiers et impôts (EBIT opérationnel) a atteint 4,3 milliards d’euros, la rentabilité s’établissant ainsi à 5,8 %. L’évolution du résultat en 2016 reflète les importants investissements initiaux réalisés en vue d’assurer l’avenir. Bosch a accru ses dépenses en Recherche et Développement de près de 10 % en 2016, à 7 milliards d’euros. « Bosch doit réaliser d’importants investissements initiaux en vue de la transformation, tout en maintenant une rentabilité durablement élevée », a déclaré Stefan Asenkerschbaumer, Directeur financier et Vice-Président du Directoire de Bosch. Des charges exceptionnelles négatives ont pesé sur l’EBIT, qui s’est établi à 3,3 milliards d’euros en 2016.

Une nouvelle conception de la mobilité : zéro émission, zéro stress, zéro accident
Le secteur de la mobilité est à la veille de profonds changements. « Bosch va rendre possible un nouveau type de mobilité, une mobilité sans émissions, sans stress et sans accidents. Il ne s’agit plus uniquement de perfectionner les voitures : nous devons réinventer la mobilité », a déclaré Volkmar Denner. L’amélioration de la qualité de l’air dans les villes, où vivent 70 % de la population mondiale, doit être un objectif poursuivi conjointement par l’industrie, la sphère politique et la société. A propos des discussions actuelles sur une interdiction de circulation des véhicules diesel, le Président de Bosch a souligné que les objectifs et les actions menées en vue d’améliorer la qualité de l’air devaient être technologiquement neutres. « La créativité de nos ingénieurs ne doit pas être limitée à une seule technologie pour des raisons politiques », a-t-il précisé. Selon Volkmar Denner, la poursuite de l’optimisation du moteur à combustion offre un énorme potentiel. Les méthodes de mesure des RDE (real driving emissions) qui seront applicables dès l’automne 2017 contribueront à poursuivre la réduction des émissions d’oxydes d’azote des véhicules. Bosch compte actuellement près de 300 projets de développement liés à ce sujet. Pour les moteurs essence, l’entreprise plaide depuis longtemps déjà pour une large utilisation des filtres à particules. L’interconnexion du trafic peut également contribuer à améliorer la qualité de l’air. Pour la région de Stuttgart, Bosch a développé un assistant pour la circulation intermodale. Et le service de stationnement communautaire développé par Bosch équipera les véhicules de série dès 2018.

L’électrification de la mobilité : un mix électricité / carburant
Bosch déploie par ailleurs d’importants efforts pour promouvoir la mobilité électrique. Une nouvelle unité opérationnelle dédiée à l’électromobilité regroupera toutes les activités dans ce secteur. Aux milliards d’euros consacrés au perfectionnement des moteurs à combustion, l’entreprise ajoutera chaque année près de 400 millions d’euros d’investissement dans l’essor de l’électromobilité. La R&D se concentrera notamment sur les batteries afin de développer de nouvelles technologies pour les cellules de batteries. L’entreprise a déjà remporté plus de 30 contrats pour l’électromobilité, dont 11 rien qu’en Chine en 2016, 1er marché de ce secteur. Début 2018, la nouvelle division Bosch Powertrain Solutions et ses 88 000 collaborateurs proposeront une offre globale incluant toutes les technologies de propulsion. « Qu’il s’agisse de carburant ou d’électricité, Bosch continuera à l’avenir à fournir l’énergie au système d’entrainement. Nous sommes le premier partenaire technologique et de développement de nos clients et entendons le rester », a déclaré Volkmar Denner.

Les succès commerciaux de l’automatisation de la mobilité
En matière de conduite autonome aussi, Bosch a réalisé des avancées technologiques et enregistré des succès commerciaux. En 2016, l’entreprise a pour la première fois réalisé plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires avec ses systèmes d’assistance à la conduite, engrangeant par ailleurs des commandes à hauteur de 3,5 milliards d’euros. Dans ce domaine, Bosch entend globalement progresser plus rapidement que le marché en 2107, lequel est crédité d’une croissance de 30 %. Près de 3000 ingénieurs Bosch se consacrent actuellement à la conduite automatisée, soit 500 de plus qu’en 2016. Avec Daimler, Bosch travaille actuellement sur une conduite entièrement automatisée et sans conducteur en milieu urbain. Au début de la prochaine décennie, les véhicules circuleront en ville en totale autonomie. L’ordinateur embarqué de Bosch doté d’une intelligence artificielle représente pour ce faire l’un des composants clés, constituant pour ainsi dire le cerveau des voitures autonomes. Avant la fin de la décennie, l’entreprise aura réalisé une carte numérique d’une haute précision à partir de signaux radar. Il s’agit d’un préalable essentiel à la conduite automatisée. Dans le cadre de partenariats noués avec Vodafone, Telekom, Huawei et Nokia, Bosch travaille par ailleurs au développement de l’infrastructure pour la circulation automatisée et connectée. Le Groupe mène par exemple des tests pour mettre au point une communication sans fil fiable entre les véhicules.

La mobilité connectée : un assistant sur roues
Bosch lance cette année sa Bosch Automotive Cloud Suite, une nouvelle plateforme dédiée aux services à la mobilité tels qu’une alerte en cas de véhicule circulant à contre-sens, un diagnostic prédictif, un stationnement connecté ou encore des assistants personnels. « La Bosch Automotive Cloud Suite fournit la base technologique pour tous les services liés aux voitures connectées. Elle offre ainsi les fonctions nécessaires pour connecter à la fois les automobilistes, les voitures, les constructeurs et d’autres fournisseurs de services de mobilité », a expliqué Volkmar Denner. La Bosch Automotive Cloud Suite combine les compétences automobiles et l’expertise IT de Bosch. Les experts de PwC tablent sur une progression annuelle du marché mondial de la mobilité connectée de près de 25 % par an d’ici 2022. Et selon les estimations de Gartner, 250 millions de véhicules connectés circuleront sur les routes du monde entier d’ici 2020.

Une nouvelle perception de la technologie : intelligente et émotionnelle
Toujours à l’horizon 2020, Bosch estime que le volume mondial du marché de l’Internet des objets progressera de 35 % par an à 250 milliards de dollars. En 2016, l’entreprise a déjà vendu 27 millions de produits connectables à Internet. D’ici 2020, tous les nouveaux produits électroniques Bosch pourront être connectés. Et à l’avenir des services connexes seront proposés autour de chaque produit. La clé de toutes ces évolutions est l’intelligence artificielle. Dans dix ans, près d’un produit Bosch sur deux sera développé ou produit grâce à l’intelligence artificielle, ou en sera doté. Durant les cinq prochaines années, Bosch investira 300 millions d’euros dans son centre d’intelligence artificielle. Dans le Land allemand du Bade-Wurtemberg, Bosch contribue actuellement à la création de la « Cyber Valley ». Cette alliance entre les sphères politique, économique et scientifique vise à faire progresser la recherche sur l’intelligence artificielle. En partenariat avec l’Université d’Amsterdam, Bosch pilote le Delta Lab, un laboratoire de recherche sur le deep learning. Volkmar Denner : « Avec l’intelligence artificielle, l’interconnexion devient personnelle et émotionnelle. Les assistants numériques sont de plus en plus intelligents et déchargent leurs utilisateurs de tâches routinières. » Selon les estimations de Tractica, le nombre de personnes utilisant des assistants numériques devrait plus que tripler d’ici le début de la prochaine décennie, à plus de 1,5 milliard à travers le monde.

L’exercice 2016 par régions
En Europe, le Groupe Bosch a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 38,6 milliards d’euros. Ses ventes ont augmenté de 3,4 % (4,8 % hors effets de change) par rapport à l’année précédente. Les effets de change négatifs ont été exceptionnellement élevés en 2016, en raison notamment de la dépréciation de la livre britannique. Après une très bonne année 2015, le Groupe Bosch a enregistré en 2016 un recul de 2,2 % de son chiffre d’affaires en Amérique du Nord, à 12,3 milliards d’euros (- 1,8 % hors effets de change). En Amérique du Sud, le Groupe Bosch est parvenu à renouer avec la croissance, avec une hausse de 2,4 % de son chiffre d’affaires hors effets de change. En valeur nominale, son chiffre d’affaires a reculé de 5,0 % à 1,4 milliard d’euros. Dans la région Asie-Pacifique, Bosch a enregistré en 2016 une nette progression de ses ventes, avec une hausse de 8,3 % à 20,8 milliards d’euros (12 % hors effets de change). Bosch réalise à présent près de 30 % de son chiffre d’affaires dans la région Asie-Pacifique.

L’exercice 2016 par secteurs d’activité
Parmi les quatre secteurs d’activité, c’est celui des Solutions pour la mobilité qui a enregistré la plus forte croissance en 2016. Son chiffre d’affaires a grimpé de 5,5 % à 43,9 milliards d’euros (6,9 % hors effets de change). La rentabilité opérationnelle du secteur s’est établie à 6,0 % du chiffre d’affaires. Le secteur d’activité des Techniques industrielles, et tout spécialement la division Drive and Control Technology, a dû en 2016 faire face à nouveau à un contexte de marché difficile. Son chiffre d’affaires a reculé de 5,2 % à 6,3 milliards d’euros (4,2 % hors effets de change). Après correction des effets de consolidation résultant de la vente des gros systèmes d’engrenages, la baisse n’est que de 1,5 %. Fait encourageant, le secteur d’activité a pu renouer avec les bénéfices. Le chiffre d’affaires du secteur d’activité des Biens de consommation a été particulièrement affecté par des effets de change négatifs. Hors effets de change, le secteur a vu son chiffre d’affaires progresser de 5,7 %. En valeur nominale, la hausse a atteint 2,6 % à 17,6 milliards d’euros. La rentabilité du secteur a augmenté d’un point à 8,2 %. Le secteur d’activité des Techniques pour les énergies et les bâtiments a enregistré en 2016 un chiffre d’affaires de 5,2 milliards d’euros. Là encore, les effets de change ont pesé sur le chiffre d’affaires. Sa progression atteint 4,5 % hors effets de change, contre 1,7 % en valeur nominale. La rentabilité du secteur s’est établie à 4,3 %.

Effectifs : de forts besoins en personnel dans l’IT et les logiciels
Au 31 décembre 2016, les effectifs mondiaux du Groupe Bosch s’établissaient à environ 390 000 personnes, soit une augmentation de 14 500 sur l’année. La structure de l’emploi est restée largement inchangée au plan régional. En Allemagne, les effectifs ont augmenté de 2000 personnes à 134 000. Les autres progressions ont été enregistrées essentiellement en Asie et en Amérique du Nord. L’entreprise continue à afficher de forts besoins en spécialistes et managers, et notamment en experts IT et logiciels. Bosch emploie déjà plus de 20 000 développeurs logiciels, dont près 4000 dédiés l’Internet des objets.

 

 

---

 

Bosch est présent en Belgique depuis 1907. Le groupe Bosch occupe environ 1.644 personnes en Belgique. Les sites principaux sont Tirlemont, Bruxelles, Herentals et Aartselaar.

Le Groupe Bosch est un important fournisseur mondial de technologies et de services. Avec un effectif d’environ 390 000 collaborateurs dans le monde (au 31/12/2016), le Groupe Bosch a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 73,1 milliards d’euros. Ses activités sont réparties en quatre domaines : Mobility Solutions, Industrial Technology, Consumer Goods, et Energy and Building Technology. En tant que société leader de l'Internet des objets (IoT), Bosch propose des solutions innovantes pour les maisons intelligentes, les villes intelligentes, la mobilité connectée et l'industrie connectée. Le Groupe utilise son expertise en matière de technologie des capteurs, de logiciels et de services, ainsi que de son propre Cloud IoT pour offrir à ses clients des solutions inter-domaines et connectées à partir d'une source unique. L’objectif stratégique du Groupe Bosch s’articule autour des solutions pour la vie interconnectée. Avec ses produits et services à la fois innovants et enthousiasmants, le Groupe Bosch entend améliorer la qualité de la vie en proposant dans le monde entier des « Technologies pour la vie ». Le Groupe Bosch comprend la société Robert Bosch GmbH ainsi qu’environ 440 filiales et sociétés régionales réparties dans près de 60 pays. En incluant les partenaires commerciaux, le Groupe Bosch est alors présent dans la quasi-totalité des pays du globe. Ce réseau international de développement, de fabrication et de distribution constitue l’élément clé de la poursuite de la croissance du Groupe. Bosch emploie 59 000 collaborateurs en recherche et développement répartis dans 120 sites.

L’entreprise a été créée par Robert Bosch (1861-1942) en 1886 à Stuttgart sous la dénomination « Werkstätte für Feinmechanik und Elektrotechnik » (Ateliers de mécanique de précision et d’électrotechnique). La structure particulière de la propriété de la société Robert Bosch GmbH garantit la liberté d’entreprise du Groupe Bosch. Grâce à cette structure, la société est en mesure de planifier à long terme et de réaliser d’importants investissements initiaux pour garantir son avenir. Les parts de capital de Robert Bosch GmbH sont détenues à 92 % par la fondation d’utilité publique Robert Bosch Stiftung GmbH. Les droits de vote liés à ce capital social sont confiés majoritairement à la société en commandite Robert Bosch Industrietreuhand KG, qui exerce la fonction d’associé actif. Les autres parts sont détenues par la famille Bosch et par la société Robert Bosch GmbH.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les sites www.bosch.be, www.bosch.com, www.iot.bosch.com, www.bosch-press.com, www.twitter.com/BoschPresse, https://www.linkedin.com/company/bosch-belgium