Plus d’un quart des conseillers en prévention ne consignent pas les incidents

Plus d’un quart des conseillers en prévention ne consignent pas les incidents

Étude auprès des professionnels HSE : « La charge de travail administrative est le principal obstacle »

Jeudi 27 avril 2017 — Malines, le 27 avril 2017 – Les professionnels HSE ont pour principales tâches de sensibiliser et de prévenir les accidents et les incidents sur le lieu de travail. Cependant, trois conseillers en prévention sur dix déclarent ne pas consigner des incidents (ou presque-accidents), et ne disposent donc pas d’une vision globale de la sécurité sur le lieu de travail. C’est ce que révèle une étude de Wolters Kluwer.

Avec cette étude – menée en décembre 2016 par le bureau d’étude indépendant iVOX, – Wolters Kluwer a pu cartographier la politique des entreprises et organisations en matière d’Hygiène Sécurité Environnement (HSE). Un peu plus de 2 000 personnes ont été sondées dans le cadre de l’étude, dont des conseillers en prévention, des coordinateurs environnement, des directeurs, des employés et des ouvriers.

L’administration est prioritaire
Un professionnel HSE sur trois dépend directement de la direction. Celle-ci a des attentes précises : pour elle, le conseiller en prévention est principalement responsable des analyses de risques, du respect de la législation et du suivi des accidents du travail et des incidents. Le coordinateur environnement, quant à lui, doit veiller à respecter la législation environnementale et se charge de la communication interne et externe en matière d’environnement ainsi que du rapport annuel.

96 % des professionnels HSE sondés disent travailler avec conviction mais 4 sur 5 consacrent plus de temps à l’administration qu’aux tâches HSE sur le lieu de travail. 71 % déclarent qu’ils pourraient en faire plus à condition d’avoir plus de pouvoir de décision, et 49 % se sentent régulièrement incompris au sein de leur organisation. La notoriété des professionnels HSE y est peut-être pour quelque chose : 30 % des travailleurs sondés déclarent ne pas savoir qui est le conseiller en prévention au sein de leur entreprise, et 49 % ne connaissent pas le coordinateur environnement.

Sensibilisation et consignation des incidents : le lieu de travail est-il vraiment sûr ?
Malgré la charge de travail administrative qui pèse lourdement sur les épaules des professionnels HSE, près de huit directeurs sur dix déclarent que la sensibilisation sur la sécurité et l’environnement est très importante au sein de leur entreprise. 40 % des professionnels HSE considèrent par ailleurs que leur principal défi est de convaincre leurs collègues de travailler en respectant la sécurité et l’environnement.

Pour cette sensibilisation, ils ont principalement recours à des formations classiques et des affiches. L’e-learning gagne en importance : près d’un professionnel HSE sur quatre l’utilise. Les médias sociaux ne sont pas appréciés de tous : à peine 30 % des professionnels HSE les croient utiles pour la communication avec les collègues, et 40 % déconseillent même leur utilisation.

Les efforts en matière de sensibilisation portent leurs fruits : dans 6 organisations sur 10, il y a eu moins de dix accidents du travail au cours des douze derniers mois, et moins de vingt incidents (ou presque-accidents) dans 4 organisations sur 10. Près d’un conseiller en prévention sur trois (27,6 %) ne consigne toutefois pas les presque-accidents, ce qui complique l’estimation de la sécurité réelle sur le lieu de travail. La lourde charge de travail et la notoriété limitée – dans un cas sur trois – des conseillers en prévention peuvent expliquer ce phénomène.

Le profil des professionnels HSE : h/f expérimenté(e) et doté(e) de nombreux talents
Un professionnel HSE sur trois ayant participé à l’étude est une femme, ce qui nuance le cliché d’un secteur HSE essentiellement masculin. Toutefois, il apparaît que les hommes sont plus souvent en charge de l’HSE dans les grandes entreprises, qu’ils ont plus de pouvoir de décision et de marge de manœuvre financière, et qu’ils aiment plus exercer leur travail que leurs collègues féminines.

Chose frappante : 61 % des professionnels HSE exercent une autre fonction au sein de leur entreprise, en plus de leurs tâches HSE. Parmi ceux-ci, 26 % sont également responsables de la qualité, 14 % de la gestion des installations et 10 % de la gestion RH. Les professionnels HSE sont généralement âgés : 33 % ont plus de 50 ans, 39 % plus de 40 ans, et 5 % à peine ont 30 ans ou moins. Un peu plus de la moitié d’entre eux se sont vu attribuer ce poste et ont été invités à devenir conseiller en prévention ou coordinateur environnement.

Quel type de conseiller en prévention êtes-vous ? Faites le test sur bit.ly/2nc363L 

À propos de Wolters Kluwer
Des professionnels de tous secteurs font appel à Wolters Kluwer pour obtenir une information spécialisée et des solutions technologiques. Nos logiciels, formations et solutions d'information les aident chaque jour à prendre des décisions fondées et à travailler plus efficacement. Plus d'information est disponible à www.wolterskluwer.be